Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


older | 1 | (Page 2) | 3 | 4 | newer

    0 0

    Frédéric Jourdain, connu pour son rôle de Directeur de l'Infopole Cluster TIC et de Chargé de mission auprès d'Agoria ICT, et Georges Luel, ingénieur en électronique et informatique industrielle, s’associent pour créer Thingsplay.com, une première plate-forme ouverte de gestion centralisée d’objets connectés. Un site communautaire voit également le jour pour favoriser les échanges entre "geeks" et développeurs qui veulent sauter dans le train de l’internet des objets annonce notre confrère belge Data News.

     

    Le #mforum de l’AWT (Agence Wallonne des Télécommunications) de la semaine dernière avait pour thème principal la "Révolution en Marche de l’Internet des Objets". En préambule, Pascal Poty, en charge de la veille technologique à l’AWT, a rappelé que l’internet des objets (IOT) se conjugue déjà au présent : dans le quartier de Regent Street à Londres (et sur le Meir d’Anvers), des dizaines de commerçants s’équipent déjà de petites bornes "beacon" pour communiquer sans fil vers les smartphones de leurs clients et leur proposer, par exemple, des offres personnalisées lors de leur passage en magasin.

     

    En France, l’assureur Axa va également proposer à certains clients, qui acceptent de se doter d’un capteur mesurant le rythme cardiaque ou la tension artérielle, de bénéficier de chèques pour des soins préventifs. Au Luxembourg, la société de paiement Digicash, qui a déjà signé des contrats avec de grandes banques autant qu’avec des concessionnaires automobiles, expérimente aussi le paiement mobile via des capteurs beacon, parallèlement aux codes QR.

     

    Thingsplay

    Chez nos voisins wallons, certains veulent aussi prendre une longueur d’avance par rapport à un internet des objets qui, selon Gartner, connectera 26 milliards d’objets d’ici 2020. On sait qu’en 2008 déjà, le nombre d’objets connectés à l’internet a dépassé le nombre d’humains. "Les applications sont multiples : de la voiture connectée, au capteur d’humidité d’une plante en passant par le réglage thermostatique du chauffage central. Le défi est d’associer les objets connectés à un ensemble d’applications et de gérer le tout de façon cohérente," explique Frédéric Jourdain qui quittera cet été ses fonctions de directeur de l’Infopole Cluster TIC pour se consacrer à son nouveau "bébé". Il vient en effet de cofonder HMI Products, un intégrateur IOT, dont la plate-forme Thingsplay.com propose de gérer de façon centralisée différents profils d’utilisateurs et différents objets au sein d’une habitation ou d'une entreprise. "Il s’agit de la première solution end-to-end", souligne Frédéric Jourdain.

     

    La plate-forme est ouverte aux partenaires (développeurs, industriels ou simples passionnés) qui souhaitent intégrer leurs objets connectés. Des discussions sont par exemple en cours avec un installateur de piscines, qui souhaite optimiser le filtrage de l’eau en fonction de la température extérieure. Un fabricant de poêles à pellets est également intéressé.

     

    Un module de Thingsplay permet d’importer des données publiques open data (les prévisions météo, par exemple) via des web services. Pour l’utilisateur final, le smartphone peut faire office de télécommande.

     

    HMI Products propose déjà, pour les "geeks", un "board" (50 €), sorte de panneau de commande Wifi des objets connectés. Un boîtier plus robuste (400 €) sera fourni d'ici peu aux industriels.

     

    iot-community.com

    Frédéric Jourdain a également annoncé la naissance, dans un but de sensibilisation et de partage des bonnes pratiques, de www.iot-community.com qu’il voudrait voir émerger comme la communauté des développeurs IoT en Europe.

     

    Source: Olivier Fabes, Data News

    metadescription: 
    Frédéric Jourdain, connu pour son rôle de Directeur de l'Infopole Cluster TIC et de Chargé de mission auprès d'Agoria ICT, et Georges Luel, ingénieur en électronique et informatique industrielle,

    0 0

    The Google Glass will be premiered in Luxembourg at ICT Spring Europe 2014, to be held on 3rd and 4th July. Google's wearable will be showcased by Alain Regnier, a leading Google Glass applications developer. The Google Glass could reach a market of up to $11.5 billion by 2018, according to the business and technology news website "Business Insider".

     

    Alain Regnier lived for 10 years in the heart of the Silicon Valley. Founder of Alto Labs and Google Glass Specialist, he is a French leading developer of specialized Google Glass applications and Paris GDG leader (Google Developer Group). In California, he joined the Google Explorer program and the Mirror API allowing developers to start making apps for Glass. Many developers and companies have built applications for Glass, including news apps, facial recognition, exercise, photo manipulation, translation, and sharing to social networks, such as Facebook and Twitter.

     

    Google has recently made the observation that the Google Glass had to bring businesses to help improve opportunities, even within companies with Glass Certified Partner program. And companies like Caisse d'Epargne in France have called Alain Regnier to investigate the possibilities of using glasses in digital projects of the bank.

     

    10,000 privileged owners

    The available number of Google Glasses is limited and the owners of Augmented Reality glasses are the developers who joined the 2,000 "explorers" of the Google Glass Explorer program, or the 8,000 testers selected by the Mountain View Company, including doctors, famous athletes, TV stars, computer engineers or just Google geeks.

     

    Live Demo and Private Test Sessions

    Those who want to attend the Live Demo Session presented by Alain Regnier can register for ICT Spring Europe 2014 with the free registration code GGL7472. Some privileged attendees will have the opportunity to test the Google Glasses during a private test session. As the number of places is limited, the ICT Spring Europe Team invites candidates to book their test by sending an email to celine.tarraube@farvest.com by Tuesday June 25th.

     

    The heart of Europe in the spotlight

    ICT Spring Europe is a two days annual event that brings together the latest ICT technologies and solutions available on the market, entirely dedicated to innovation, in an interactive, enriching and convivial atmosphere. It is not surprising therefore that the conference is organized in Luxembourg, a place with state-of-the-heart ICT infrastructure, highly skilled multilingual workforce, easy access to decision-makers, stable and business-orientated regulatory framework, and high quality of life. ICT Spring Europe is definitively the best framework for companies and organizations wishing to improve their international network or brand awareness, for those who want to be at the very heart of business trends to generate new leads.

     

    About ICT Spring Europe

    ICT Spring Europe is an exciting array of fantastic opportunities, where visitors can meet more than 3,000 key decision makers in ICT, investors, entrepreneurs, startups, academics and public policy makers from all over the world.

     

    On top of the 20 keynotes, 24 Master classes, panel discussions, special presentations and expert insights, several tools are put at the disposal of the attendees during the two days of the conference such as the Meet&Match application enabling one-to-one meetings to develop new businesses or partnerships, the networking cocktail to get to share innovating ideas, or the VIP area, where exclusive exchanges can be developed.

     

    The first day of the fair ends with the European ICT Awards Gala Dinner and Ceremony. For the 5th edition of the show, no less than 700 attendees are expected to join this prestigious dinner where the best practices in the ICT field are rewarded.

     

    Once again this year, ICT Spring Europe is supported by the Ministry of Media & Communication and the Ministry of Economy. In addition, the Prime Minister, Mr Xavier Bettel, will address a speech to the audience of industry professionals. Luxembourg, indeed, enables innovation in ICT: cloud computing, big data, social networks and media, online gaming, security and trust, green IT, e-payment, e-commerce, ultra-high connectivity are topics that rank high on the innovation agenda of the country. With its top technical infrastructure, legal framework and financial backing, Luxembourg has everything that it takes to support the development of new ICT technologies and innovative solutions. World-famous companies, including Amazon, eBay, iTunes, Nexon, PayPal, Rakuten, SES or Skype are based in Luxembourg. Moreover, Luxembourg is investing heavily in ICT research in order to build scientific excellence.

     

    For further information, please visit ICT Spring Europe's web site.

     

    Press release by ICT Spring Europe

    metadescription: 
    The Google Glass will be premiered in Luxembourg at ICT Spring Europe 2014, to be held on 3rd and 4th July. Google's wearable will be showcased by Alain Regnier, a leading Google Glass applications

    0 0
  • 06/26/14--07:43: Les Google Glass au Fab Lab
  • Lors de l’édition de juin des Neofacto Labs, Neofacto a lancé au Fab Lab du Technoport ses premières applications développées pour les Google Glass.

     

    Tout d’abord, il a été présenté une application qui permet l’extraction du profil d’un client à partir d’une carte identification via la technologie NFC (Near Field Communication), puis l’affichage de ses données dans la Google Glass. Cela permet d’ouvrir notamment de nouvelles possibilités dans la sécurité et la vérification d’identité.

     

    Dans un deuxième temps, les participants ont pu découvrir une application permettant de suivre le cours des cryptocurrencies, et bien entendu du Bitcoin, directement dans les Google Glass. Bitcoin étant un domaine dans lequel Neofacto a également commencé à développer un pole de compétences.

     

    Les premières applications concrètes

    Pour Laurent Kratz, CEO de Neofacto, "ces prototypes permettent de présenter des premières applications concrètes de ces nouvelles technologies et surtout pour une société comme Neofacto, qui a toujours placé l’innovation au centre de sa stratégie, d’acquérir des compétences et de suivre avec ses clients l’évolution de ces nouveaux devices".

     

    Durant ses Labs, Neofacto présente régulièrement à ses clients le résultat de ses derniers projets de recherche et d’innovation. Des sessions sur-mesure sont également organisées sur des sujets particuliers et en rapport direct avec l’activité des clients. Pour toute information et demande de démonstration, le public intéressé est convié à contacter Bertrand Wunderlich chez Neofacto.

     

    Les Google Glass à l'ICT Spring

    Les Google Glass seront en outre présentées par le "Google Glass Specialist" Alain Regnier, en exclusivité au Luxembourg, lors de l’ICT Spring Europe 2014 qui se déroulera les 3 et 4 juillet prochains. Alain Regnier, l'un des principaux développeurs d'applications pour Google Glass, fera la démonstration des "wearables" de Google lors d’une "live demo" et, sur inscription, à l'occasion de sessions privées. Fondateur d’Alto Labs, Alain Regnier est l'un des principaux développeurs d’applications spécialisés en Google Glass et dirige le "Google Developer Group" de Paris.

     

    Sources: Neofacto, ICT Spring Europe

    metadescription: 
    Lors de l’édition de juin des Neofacto Labs, Neofacto a lancé au Fab Lab du Technoport ses premières applications développées pour les Google Glass. Tout d’abord, il a été présenté une application

    0 0
  • 07/16/14--07:29: Foule, fun et fascination
  • Une fois de plus, le Luxembourg était à l'honneur cette année à l'occasion d'ICT Spring Europe 2014, l'une des manifestations les plus influentes de l'agenda européen. Plus de 3.100 visiteurs ont assisté à la 5ème édition d'ICT Spring Europe les 3 et 4 juillet derniers. Des têtes d'affiche comme Ali Jafari (Twitter), le Lieutenant-Général Minihan (NSA), ou Maria Gracheva (Yandex.Money), ont pris la parole pour esquisser l'avenir du secteur FinTech à l'ère numérique. La convention a été marquée par les discours de Viviane Reding, qui était Vice-Présidente de la Commission Européenne jusqu'au 30 juin dernier, et Xavier Bettel, Premier ministre du Luxembourg.

     

    Farvest Group est fier d'annoncer qu'ICT Spring Europe 2014 s'est avéré, cette année plus que jamais, l'un des événements technologiques les plus influents d'Europe. La convention, répartie sur deux jours, a accueilli plus de 3.100 visiteurs venus du monde entier au cœur de l'Europe, au Nouveau Centre de Conférence de Luxembourg-Kirchberg, ces 3 et 4 juillet. Les acteurs économiques du domaine FinTech étaient représentés par une éventail de sociétés, entrepreneurs, startups, instituts de recherche et investisseurs venus de plus de 70 pays (USA, Japon, Royaume-Uni, Russie, Israël, Canada, Brésil, etc.). 1.200 professionnels ont assisté au Networking Cocktail, et 500 d'entre eux ont participé à l'European ICT Awards Gala Dinner inauguré par le Premier ministre, Xavier Bettel. Les noms des gagnants des European ICT Awards ont été dévoilés lors de la soirée. Ces prix visent à récompenser les meilleures pratiques dans le domaine des Technologies de l'Information. 3 prix ont été attribués par le jury: European CIO of the Year (Taavi Kotka, CIO de gouvernement estonien), European ICT innovation of the Year (Telerik), et European startup of the Year (eProseed).

     

    "FinTech: disrupt or be disrupted"

    L'édition 2014 d'ICT Spring Europe mettait l'accent sur la thématique "Innovating the Customer Experience", avec une attention particulière pour les technologies appliquées à l'industrie financière, et accueillait une sélection d'entreprises reconnues et de startups talentueuses ouvrant la voie à la création de modèles économiques innovants et de technologies de pointe, pionnières des nouveaux canaux de communication qui transforment le paysage FinTech en apportant les services financiers directement au consommateur. Ces enjeux étant abordés à travers les prismes suivants: "New Ways of Consumerization", "Reinventing the Banking Industry", "Virtual Currencies", et "Solving the Data Protection Equation".

     

    Des conférences menées par des intervenants de renommée internationale

    Certains des plus grands noms du secteur FinTech et de l'univers numérique étaient invités à partager leurs visions. Parmi ceux-ci, le Lieutenant-Général Minihan, ancien directeur de la NSA; Maria Gracheva, CEO de Yandex.Money, le leader russe du paiement électronique; Wim Raymaekers, qui dirige les départements Banque et Trésorerie de SWIFT; Gustavo Vinacua, directeur de l'Innovation Centre de BBVA; Udayan Goyal, fondateur d'Anthemis Group, l'un des décideurs les plus respectés de la sphère FinTech; Manu Gupta, General Partner chez Lakestar, groupe qui investit dans les entreprises de l'Internet et des technologies partout dans le monde; Michael Gronager, CEO de Payward/Kraken, la première plate-forme de trading réellement professionnelle dédiée au Bitcoin et autres monnaies virtuelles; Ali Jafari, Vice President of Direct Sales Europe chez Twitter; ou encore John Henry Clippinger, l'un des chercheurs les plus en vue du Media Lab du MIT.

     

    Des ateliers d'experts et une présentation exclusive

    Pour la première fois au Luxembourg, Alain Régnier, l'un des principaux développeurs d'applications pour les "wearables" de Google, a présenté les Google Glassà l'occasion d'une session de démonstration publique et lors de présentations privées. Fondateur d'Alto Labs et "Google Glass Specialist", Alain Régnier dirige le "Google Developer Group" de Paris.

     

    Parallèlement aux conférences, les visiteurs ont eu l'occasion d'assister à des ateliers: des tables rondes, des master-classes et des présentations organisées par des entreprises et des organismes publics comme Nipcast, Trasys, Telindus, l'ADEM, POST, EY, DELL, EBRC, IoT6, PITECH+PLUS, Eco & Logic, MAP, Luxinnovation, l'Alfi, CIRCL, Luxembourg for Business, SOPRA, le CRP Gabriel Lippmann, Girls In Tech, ou encore l'ILCC.

     

    Luxembourg, la plate-forme idéale pour la création et l'innovation

    ICT Spring Europe est un événement qui rassemble les toutes dernières technologies et solutions en matière d’ICT, entièrement dédié à l'innovation, dans un environnement interactif, convivial et enrichissant. Il n'est donc pas surprenant que la conférence soit organisée au Luxembourg, pays qui bénéficie d’infrastructures ICT de pointe, d’une main-d'œuvre multilingue hautement qualifiée, d’un accès facile aux décideurs, d’un cadre réglementaire stable et propice au développement des entreprises ainsi que d’une grande qualité de vie.

     

    "Digital Lëtzebuerg n'est pas l'initiative d'un seul ministère. Tout le gouvernement est impliqué dans le plan directeur que nous élaborons ensemble. Digital Lëtzebuerg, c'est également un partenariat public-privé. Nous savons que nous ne sommes pas en mesure de réussir seuls. Nous savons tous que nous ne pouvons rassembler toutes les connaissances, toutes les informations, toutes les techniques nécessaires, sans l'aide du secteur privé et que toutes les parties seront gagnantes si nous travaillons ensemble", a déclaré le Premier ministre, Xavier Bettel, lors de son allocution. "Le ministre des Finances, qui est en charge du développement du secteur financier, est un fervent avocat du rôle moteur que l'industrie FinTech est appelée à jouer dans le développement du secteur financier. C'est donc avec grand intérêt que j'ai appris qu'ICT Spring Europe 2014 se focalisait sur le secteur FinTech, ses défis, ses opportunités et ses risques."

     

    ICT Spring Europe est de toute évidence le cadre idéal pour les entreprises et les institutions qui désirent améliorer leur réseau international de relations, la notoriété et l’image de leurs marques, comme pour ceux qui veulent être au cœur du débat et aborder de nouveaux marchés. ICT Spring Europe mobilise aussi bon nombre de représentants de la presse économique et technologique, ce qui confère une portée régionale et internationale aux idées brassées lors de l'événement. Les acteurs économiques du domaine FinTech étaient représentés un éventail de sociétés, entrepreneurs, startups, instituts de recherche et investisseurs venus de plus de 70 pays (USA, Japon, Royaume-Uni, Russie, Israël, Canada, Brésil, etc.).

     

    L'European ICT Awards Gala Dinner 2014

    Le soir du premier jour de la convention, le 3 juillet, après un Networking Cocktail qui s'est tenu dans le hall principal, le Premier ministre, Xavier Bettel, a inauguré L'European ICT Awards Gala Dinner, un dîner de gala organisé pour 500 personnalités du secteur des Technologies de l'Information. "Je suis très fier en tant que Premier ministre d'être également responsable du portefeuille des Médias et des Communications. Et ce n'est pas surprenant dans la mesure où le secteur ICT est un élément clé de la politique de notre gouvernement. Cette année, ICT Spring Europe se focalise sur l'industrie FinTech. C'est clairement un avantage pour le secteur financier luxembourgeois que de disposer d'infrastructures de haut niveau", a déclaré le Premier ministre aux convives. Le dîner accueillait également le cinéaste Jason Silva et Laurent Witz, producteur et réalisateur de Monsieur Hublot, Oscar du meilleur court métrage d'animation à la cérémonie des 86èmes Academy Awards le 2 Mars 2014.

     

    Les noms des gagnants des European ICT Awards ont été dévoilés lors de la soirée. Les European ICT Awards visent à récompenser les meilleures pratiques dans le secteur des Technologies de l’Information et de la Communication. 3 prix ont été attribués par le jury.

     

    Taavi Kotka, le CIO du gouvernement estonien, a reçu le prix de l'European CIO of the Year, attribué au meilleur Directeur des Systèmes d'Information européen, en récompense de ses choix stratégiques, des projets qu'il a mis en œuvre, ses choix techniques et ses compétences en management.

    Le trophée de l'European ICT Innovation of the Year, décerné à une entreprise européenne pour sa culture de l'innovation, ses produits ou services innovants et sa contribution exceptionnelle au leadership technologique sur son marché, a été attribué à Telerik, une société basée à Sofia qui a mis au point la première plate-forme de développement véritablement adaptative, et qui supporte toute approche pour n'importe quel OS, appareil ou technologie.

    Et enfin, eProseed, une entreprise fondée en 2009 au Luxembourg, a remporté le prix de l'European Startup of the Year, décerné à une entreprise de moins de cinq ans, pour son sens de l'innovation, son dynamisme, son influence et son potentiel de croissance dans un avenir proche. La solution "Financial Services and Insights Platform" (FSIP) d'eProseed repose sur une approche révolutionnaire de la supervision financière.

     

    Luxembourg, catalyseur pour l'innovation ICT

    Cette année, une fois encore, ICT Spring Europe a bénéficié du soutien du Ministère des Médias & Communications et du Ministère de l'Economie. En outre, le Premier ministre, M. Xavier Bettel, a rehaussé l'événement de sa présence, adressant un discours à l'auditoire de professionnels des technologies et de la finance. Le Luxembourg agit véritablement comme un catalyseur pour l'innovation ICT: Cloud computing, Big Data, réseaux sociaux et médias, jeux en ligne, sécurité, Green IT, e-paiement, e-commerce et ultra-haute connectivité sont des sujets qui occupent une place de choix parmi les priorités du pays. De par ses infrastructures techniques de pointe, son cadre juridique et son environnement financier, le Luxembourg offre tous les atouts pour soutenir le développement des nouvelles technologies numériques et des solutions innovantes. Des entreprises d'envergure mondiale, comme Amazon, eBay, iTunes, Nexon, PayPal, Rakuten, SES ou Skype sont basées au Luxembourg. En outre, le pays investit massivement dans la recherche en matière de Technologies de l'Information afin de bâtir une excellence scientifique.

     

    Michaël Renotte

    metadescription: 
    Une fois de plus, le Luxembourg était à l'honneur cette année à l'occasion d'ICT Spring Europe 2014, l'une des manifestations les plus influentes de l'agenda européen. Plus de 3.100 visiteurs ont

    0 0

    La matière grise des générations actuelles et futures est la seule ressource durable dont dispose le Luxembourg. Aussi les secteurs de l’enseignement supérieur et la recherche constituent-ils une priorité du programme gouvernemental.

     

    L’État continue d’investir les moyens nécessaires  pour consolider la position du Grand-Duché  comme pôle de recherche. Les contrats récemment conclus, fixant les dotations de l’État au profit de l’Université du Luxembourg et des centres de recherche publics à plus de 1,1 milliard d’euros pour les quatre années à venir, témoigne de cet engagement.

     

    Une renommée internationale

    Le ministre Claude Meisch et le secrétaire d’État Marc Hansen ont récemment présenté les priorités et les travaux en cours dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche. En pleine évolution, la recherche publique et privée au Luxembourg emploie plus de 5.000 scientifiques et a déjà acquis une renommée internationale dans des champs-clés comme l’ICT, la biomédecine ou les matériaux, ont-ils souligné. Le secteur offre d’énormes opportunités aux  jeunes diplômés, mais des efforts restent à faire pour améliorer la visibilité de ce potentiel et des institutions de recherche auprès du grand public. Parallèlement, il est tout aussi important de promouvoir la culture scientifique dès le jeune âge et de motiver plus d’élèves à s’orienter vers des formations ou carrières scientifiques.

     

    Assises de la recherche

    Selon Claude Meisch et Marc Hansen, la recherche doit avoir comme ambition de fournir des réponses à des questions sociétales et économiques en tenant compte des spécificités du pays.  Pour orienter la recherche vers ces objectifs nationaux,  un plan stratégique sera élaboré en concertation avec tous les acteurs concernés: il permettra de définir les complémentarités de chaque institution, de créer des synergies et de mieux coordonner les actions. Des "Assises de la recherche" seront organisées fin 2014 et permettront d’approfondir les travaux. Une évaluation du secteur par l’OCDE, dont les premières conclusions sont attendues pour début 2015, alimentera également les réflexions.

     

    Des actions concrètes

    Trois lois ont été récemment votées: elles portent sur les aides financières pour études supérieures, la réorganisation du Fonds national de la recherche et l’équipement des bâtiments de la première phase de construction de la Cité des Sciences à Belval. Deux projets de loi se trouvent actuellement en cours de procédure législative: ils règlent l’organisation future des centres de recherche publics, dont notamment la fusion des Centres de recherche publics Henri Tudor et Gabriel Lippmann, et le financement du "Max Planck Institute for International, European and Regulatory Procedural Law"à Luxembourg.

     

    Source: Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

    metadescription: 
    La matière grise des générations actuelles et futures est la seule ressource durable dont dispose le Luxembourg. Aussi les secteurs de l’enseignement supérieur et la recherche constituent-ils une

    0 0
  • 08/25/14--00:51: BBQ Game Jam 2
  • L’incubateur Technoport et l’association COIN invitent les enthousiastes de la création de jeux vidéo – amateurs, étudiants, professionnels ou tout simplement les curieux – à participer à la deuxième édition du Barbecue Game Jam: une journée de création de jeux vidéo agrémentée de soleil et de grillades. Les participants formeront des équipes de 1 à 4 personnes et auront comme but, pendant 24 heures, de créer un jeu sur un thème imposé, le tout autour d'un BBQ. L’événement se déroulera les 30 et 31 août.

     

    Une "game jam" n'est pas une compétition, mais plutôt un moment de partage, d'apprentissage, d'innovation, de challenge personnel et de franche camaraderie. Les participants sont invités à venir avec leur équipement (ordinateur, tablette graphique, clavier midi, etc.). Ils formeront (ou auront déjà formé) leurs équipes, le thème sera annoncé et c’est parti. 24 heures plus tard, chaque jeu sera présenté en toute décontraction et assorti de pizzas. L’événement est ouvert à tous les profils: codeurs, illustrateurs, game designers, sound designers et toute autre personne qui s’intéresse aux jeux vidéo.

     

    Les participants doivent s’inscrire sur le site web du Barbecue Game Jam. Les visiteurs sont les bienvenues à partir de 14h le 31 août, l'inscription est gratuite et obligatoire par e-mail. En tant que visiteur, vous pourrez tester les jeux réalisés. L’événement aura lieu au Technoport Luxembourg à Esch-sur-Alzette.

     

    Une initiative hébergée par le projet LILA

    BBQ Game Jam est une initiative hébergée par le projet européen LILA (Living Labs Application for Internationalization of Start-Up Companies). Le projet LILA supporte les processus de start-up centrés sur les utilisateurs qui permettent aux entrepreneurs d'amener leur concept à maturité et de l'internationaliser plus facilement et plus rapidement. Le Living Lab permettant de jouer et de tester les jeux sera ouvert à partir de 19h et permettra de démarrer l'interaction avec les personnes suivant cet événement en ligne dans le monde entier.

     

    Pour en savoir plus: Barbecue Game Jam, informations et inscriptions

     

    Source: Innovation.lu

    metadescription: 
    L’incubateur Technoport et l’association COIN invitent les enthousiastes de la création de jeux vidéo – amateurs, étudiants, professionnels ou tout simplement les curieux – à participerà la

    0 0

    Avec la création de l'Institut de la Propriété Intellectuelle Luxembourg (IPIL), la propriété intellectuelle devient un élément clé de la politique nationale. L'IPIL est appelé à donner une visibilité accrue du Luxembourg en tant que terre d’accueil pour les entreprises innovantes.

     

    Le 1er août dernier, Le Gouvernement a donné le feu vert à la création d’un Institut de la Propriété Intellectuelle Luxembourg (IPIL), dans le but de fédérer en un ensemble cohérent les compétences nationales et internationales en matière de propriété intellectuelle (identification, sécurisation/protection, exploitation, respect des droits) et de les mettre à disposition des acteurs économiques et institutionnels pour constituer un levier de croissance pour le Luxembourg.

     

    Les services et l’accompagnement offerts par le Luxembourg dans le domaine de la propriété intellectuelle constitueront également un incitant afin que des sociétés établissent au Luxembourg, à côté de leur portefeuille de propriété intellectuelle, des activités innovantes et entrepreneuriales.

     

    22.000 brevets en vigueur au Luxembourg

    En 2012, le Luxembourg se classait 5ème sur 38 états membres de la Convention sur le Brevet Européen en ce qui concerne les demandes de brevets européens et 4ème pour les brevets délivrés (sur base du nombre des dépôts déposés par des titulaires luxembourgeois par rapport au nombre d’habitants du pays). Sur le territoire luxembourgeois, on estime le nombre de brevets actuellement en vigueur à plus ou moins 22.000.

     

    En vue de favoriser le développement de la propriété intellectuelle pour les besoins de l'économie du Luxembourg, l’institut aura les missions suivantes: coordonner la mise en œuvre de la politique publique et fédérer les acteurs impliqués; développer et offrir des services de support et d'accompagnement pour les entreprises, les acteurs de la recherche, les institutions publiques et tout autre public intéressé; développer et assurer des formations ainsi que des activités de promotion et de sensibilisation; conduire des projets et études afin de conseiller le gouvernement.

     

    Une équipe pluridisciplinaire issue du CVT

    La création de l'Institut de la Propriété Intellectuelle (IPIL) est le fruit d’une volonté commune du ministère de l’Économie et du Centre de Recherche Public Henri Tudor qui sont par ailleurs à l'origine de la création du Centre de Veille Technologique (CVT), intégré au sein du CRP Tudor et disposant d'une équipe pluridisciplinaire.

     

    Les compétences acquises au fil des années par l'équipe du CVT sont indispensables au fonctionnement de l'IPIL. C'est pourquoi la plus grande partie des ressources humaines du CVT seront intégrées à l'Institut de la Propriété Intellectuelle.

     

    Pour en savoir plus, visitez le site web du Centre de Veille Technologique.

     

    Michaël Renotte

     

    Source: Luxinnovation

    metadescription: 
    Avec la création de l'Institut de la Propriété Intellectuelle Luxembourg (IPIL), la propriété intellectuelle devient un élément clé de la politique nationale. L'IPIL est appelé à donner une visibilité

    0 0

    Culture et image d’entreprise

     

    La Ministre de la Culture, Maggy Nagel, et le comité directeur du Fonds culturel national (Focuna) ont présenté, ce jeudi 4 septembre, le guide pratique du mécénat culturel à l'usage des entreprises et des particuliers. Ce guide pratique du mécénat culturel a pour vocation de mettre à disposition des entreprises et des particuliers les outils nécessaires concernant le mécénat et les différentes formes de dons, ainsi que les nombreux atouts liés en matière d'image de l'entreprise et de défiscalisation.

     

    L'objet de cet ouvrage est de donner des réponses aux questions portant sur les différentes formes de mécénat, les avantages fiscaux pour les donateurs, le parrainage, ou encore les dons en espèces ou en nature.

     

    Après avoir redéfini en 2012 les critères d’éligibilité pour l’octroi d’aide et de subventions, le travail du comité directeur du Fonds s’est concentré sur la promotion du mécénat culturel. Le nouveau guide donne un aperçu sur les différentes formes de mécénat qui existent et informe sur les possibilités de déductibilité en matière d’impôts. 

     

    Le guide peut être téléchargé sur le site du Focuna.

     

    Source: Ministère de la Culture

    metadescription: 
    Culture et image d’entrepriseLa Ministre de la Culture,Maggy Nagel, et le comité directeur du Fonds culturel national (Focuna) ont présenté, ce jeudi 4 septembre, le guide pratique du mécénat culturel

    0 0

    Headquartered in Luxembourg since 2013, Docler Holding is a multinational enterprise which counts more than 1000 employees worldwide. Docler Holding has created and developed a large number of highly diversified companies, all gathered under a unique umbrella. These businesses perform and experience ongoing growth in the fields of entertainment, technology, personal development and luxury/lifestyle. Today, Docler Holding announces the launch of a TV channel, born in Luxembourg and full of ambition.

     

    Interview with Laszlo Czero, CEO of Docler Holding

     

    You started setting up your TV channel project in Luxembourg. Can you describe the process? What were the main advantages?

     

    It all started under the impulse of Docler’s founder and owner, Gyorgy Gattyan and in a 30m2 office, in which we started creating stories and shooting scenes with a webcam.

    The first broadcast was actually about Gyorgy Gattyan and myself. People were playing and creating a fun story around the fact he was a geek and I was the owner of the company…and in reality we are both geeks. My office was our first studio and we quickly realised there was potential to develop something more professional out of it and we started working on a TV Channel concept.

     

    In November 2013, we decided to rent the large TV studios in Contern. It was a perfect location with really good facilities that could serve all of our needs. Besides, our office was next door to ZEILT productions Luxembourg. They created the Award winning animated short film “Mr. Hublot”. It was a real pleasure to work next to them.

    It was the first time that we created something around one of our online products that was real and not only virtual. It was a new experience for us, for me; the fact to be standing in the middle of the set, to be able to touch the material, to discover how the set up was being created from scratch and to see it come to life. We shot and made our first pilot show in Luxembourg.

     

    From November until April 2014, a lot of effort was put in locally as we hired people who specialized in audio/video, filming and production on a full time basis. Another key aspect was the great support we received from the local authorities.

     

    Why move the project to Hungary then?

     

    We moved the entire project to Hungary in April 2014 but the management supervising everything is still located in Luxembourg. We reconstructed the set entirely and hired new production specialists and TV hosts. The reason behind this decision was that we could not find all the right people that we were looking for and our Creative Director has a larger network of contacts and more opportunities in Hungary. Indeed, he has extensive experience in production and TV show scripts. He was one of the first to buy the license for reality TV shows in Hungary back in 2001.

     

    When will the show be launched?

     

    Our second pilot show was launched on August 13th. It plays on a daily basis, 4 hours per day and we fly the TV hosts to Hungary regularly. We are currently analyzing the results, feedback and impact of the show and also the audience. We are really proud of this accomplishment so far…

     

    What was the original thinking behind such a project?

     

    We have realised that on one side more and more big media companies are trying to move their content to the Internet (i.e. HBO) and on the other side, TV producers are trying to enter the Internet market. They both know that a TV is capable of handling an Internet connection. But none of them could break down the boundaries between TV and the Internet.

     

    We have a vast amount of content at Docler Holding, which means a bigger chance to make this change and break down the barriers.

    TV is still the most popular entertainment tool and information driver. It reaches segments of the population that we usually don’t reach. The surface is interesting, convenient to consume, and allows great media entertainment.

    Gyorgy Gattyan’s dream is truly to merge TV and the Internet, in order to create a hybrid that no one calls TV or Internet, but something totally new…

     

    What future developments are you planning to make?

     

    We have identified three different areas of development and improvement.

     

    The first is the platform we are using. The fact that we started the project on the web makes improvements easy and it also gives us possibilities in terms of interactivity. As a second step, the plan is to broadcast via satellite, but only once the pilot is ready. And the last step would be to sell our project to cable TV channels/network providers. This would be the most interesting one due to the technology, number of possibilities and interactivity it offers.

     

    Regarding the location, we would like to expand the shooting locations and have multiple ones (i.e. Los Angeles). Following this approach, we would then also have local versions which would adapt to the respective languages.

     

    In terms of content, our goal is to reach a large mainstream audience. We have started with a chat show about glamour and lifestyles but once we would reach a stable and efficient production pattern, we would adapt it to other topics such as esotericism, music and fashion. These are all the fields we have developed within Docler Holding, via our different brands.

     

    Gyorgy Gattyan is a visionary who has strongly inspired the entire project and largely contributed to its development. Under his influence, I see a number of further improvements and new ideas.

     

    For more information, please visit:  http://www.doclerholding.com

     

    Source: Docler Holding

    show_author: 
    Ne pas afficher
    metadescription: 
    Headquartered in Luxembourg since 2013, Docler Holding is a multinational enterprise which counts more than 1000 employees worldwide. Docler Holding has created and developed a large number of highly

    0 0

    Headquartered in Luxembourg since 2013, Docler Holding is a multinational company powered by the ideas and visions of its founder Gyorgy Gattyan, a Hungarian entrepreneur. Starting in 2001 as a garage project, the company today employs more than 1000 people worldwide, 350 of them in Luxembourg. A leader in livestreaming technology applied to the fields of entertainment and personal development, Docler Holding intends to pursue its progress from its new home country. IT One had the opportunity to meet the founder of the fast growing group and obtain some of the ingredients of his recipe of success from him.

     

    Docler Holding is name of the umbrella company under which around 43 different businesses have been created and developed in the fields of entertainment, technology, personal development, luxury and lifestyle. The Holding is in charge of all the operational tasks of the separate businesses and ensures the functioning of each company within the group. The companies are active in multiple areas, from the production of independent and quality films, venture capital investments and acquisitions of high growth potential start-ups, interactive live streaming technologies, hosting services, video chat systems, online hotel booking, online payment solutions, all the way to the production and distribution of luxury goods and digital motion picture processing. Docler’s latest project is a fully fledged TV Channel! The dream of the holding’s owner is to merge TV and the Internet, successfully creating a hybrid that no one will call TV or Internet, but something totally new. (Editor's note: read our recent article)

     

    When asked where he gets his inspiration and ideas from, Gyorgy Gattyan, owner of Docler Holding told us the following: "The history of the holding’s creation is interesting to look at. It all started with the concept of the US show "Big Brother" and the streaming of people’s private lives on the Internet. The idea was to establish vivid content with live people, opening the possibility for interactivity with the ultimate goal of connecting people. Thus the concept of Jasmin TV was born. From this point, I decided to build up whatever was needed to develop the business further and to avoid the involvement of third parties".

     

    Docler Holding was built in the idea of creating unique, exciting and fun services but as time went by it became more a vision of a brand new way of thinking, ready to meet the challenges of the future.

     

    "The driving force behind all our actions is creativity and innovation. Regardless of what we are creating - be that a website, a movie, a luxury shopping mall or any other investment -, this is what has helped us to leave behind the label of being just another dotcom the most -despite being the main operator of one of the most visited websites in the world - and to extend our horizons to the mainstream media and other current business fields", Gyorgy elaborated on the topic of his company.

     

    Gyorgy Gattyan does not view himself in the same light that his peers do. When we questioned him about his views of entrepreneurship, he surprised us all with the following reply: "I have never considered myself as a real businessman. I would like to believe that I am a creator, inventing things that work by chance. This is why I love the Internet, because it is a virtual universe and it lets you do whatever you want. I think I am more a kind of painter using programmers and designers instead of paintbrushes".

     

    Gyorgy also credits his employees for the success of his company. He says that the success of the group comes to a large extent from people like Laszlo (editor’s note: Laszlo Czero is the CEO of Docler Holding). Laszlo has 10 years of experience in the company’s business and he knows Gyorgy’s style down to a T. Whilst this is a strong base, ever since the company relocated to Luxembourg, they have the opportunity to hire multilingual people with good academic backgrounds and experience in multi-enterprises. Gyorgy maximizes the potential in his company by mixing the above mentioned two profiles.

     

    When he started the business 14 years ago as a start-up company, he based his decisions mainly on his intuitions. He still has that same kind of mind set: in his eyes the garage just got bigger! "Today we are really pushing the company and its organisation to an international level, with the help of highly skilled professionals, but I want to continue to feel its soul", reflected Gyorgy Gattyan.

     

    In his opinion, Luxembourg is an excellent place for entrepreneurs. He says: "If you have a good idea, Luxembourg has the environment, resources and support to help you develop it and release it on the market. In fact, for entrepreneurs and start-ups, especially in the ICT and Media sectors, it may be one of the best places to set up a business".

     

    Before the end of the interview we asked Gyorgy Gattyan if there is anything he would say or advise to someone wanting to set up a business. He enthusiastically said yes and went on to say: "Young people here in Luxembourg have access to good educational opportunities, they often speak four languages, sometimes six, and they can attend foreign universities. But I would advise those who want to set up a business to spend a few years abroad after completing their studies and training. And when I say abroad, I don't mean France or Germany. Those countries are too close to Luxembourg. They should spend two or three years in the US, in China or in Russia before coming back in Luxembourg and starting their own business. If they want to achieve high ambitions, they need to leave the country and come-back. It’s a very simple recipe".

     

    Interview by Michaël Renotte

    show_author: 
    Afficher l'auteur
    metadescription: 
    Headquartered in Luxembourg since 2013, Docler Holding is a multinational company powered by the ideas and visions of its founder Gyorgy Gattyan, a Hungarian entrepreneur. Starting in 2001 as a

    0 0

    Le FNR et Luxinnovation, piliers de l'innovation au Luxembourg, renforcent leur coopération en vue du développement de la recherche, du développement et de l’innovation. Les deux institutions considèrent le développement de partenariats public-privé dans les projets de recherche, au Luxembourg comme en Europe, comme un puissant levier favorisant l'innovation.

     

    Le Fonds National de la Recherche (FNR) et Luxinnovation, l'Agence nationale pour la promotion de l'innovation et de la recherche, ont signé le 19 septembre dernier une nouvelle convention de collaboration pluriannuelle couvrant la période 2014 à 2017 et visant à renforcer leur coopération pour stimuler et accompagner la recherche, le développement et l'innovation (RDI) au Luxembourg.

     

    Encourager l'innovation dans les entreprises

    Le Président du Conseil d'administration du FNR, Yves Elsen, et le Président de Luxinnovation, Raymond Schadeck, se sont réjouis de la coopération renforcée entre les deux institutions, piliers du système national d'innovation au Luxembourg, afin d'améliorer la lisibilité et la performance de leurs actions et services. En conjuguant leurs efforts dans plusieurs domaines clés, le FNR et Luxinnovation souhaitent encourager l'innovation dans les entreprises et soutenir la valorisation socio-économique des résultats de la recherche publique. Dans cette perspective, le développement de partenariats public-privé (PPP) dans les projets de recherche, au Luxembourg comme en Europe, est un puissant levier favorisant l'innovation. Conscients d'un environnement économique de plus en plus compétitif, les pouvoirs publics luxembourgeois ont développé des mesures d'aide spécifiques pour stimuler les PPP.

     

    Une pièce en cinq axes

    Après la signature officielle de la convention, Marc Schiltz, Secrétaire Général du FNR, et Jean-Paul Schuler, Directeur de Luxinnovation, ont présenté les cinq axes sur lesquels porte ce partenariat privilégié. Au-delà d'un échange continu d'informations, les deux partenaires se concentreront sur la promotion des instruments de financement du FNR et du Ministère de l'Economie soutenant les coopérations entre secteurs public et privé (ainsi que la concertation en vue d'une meilleure mise en cohérence de ces instruments), la coopération dans le cadre d'initiatives communautaires de R&D (notamment ERA-NETs, Horizon 2020, AAL et Eurostars) et la représentation dans ces organisations internationales et européennes, la promotion de la RDI auprès des acteurs nationaux (organismes de recherche publics, grandes entreprises, PME et grand public), la promotion internationale de la RDI et la valorisation des résultats de la recherche publique.

     

    Michaël Renotte

     

    Source: Luxinnovation

    metadescription: 
    Le FNR et Luxinnovation, piliers de l'innovation au Luxembourg, renforcent leur coopération en vue du développement de la recherche, du développement et de l’innovation. Les deux institutions considèrent

    0 0

    Pour rester compétitives dans une économie globalisée, les organisations doivent faire preuve d'agilité, être capables de détecter les changements stratégiques, d'adapter et de transformer l'entreprise en permanence. Ceci exige de nouveaux modèles économiques mais aussi de nouveaux services innovants pour mieux répondre aux besoins actuels ou latents des clients. SGBT a fait le pari d'une initiative participative qui offre à ses collaborateurs l’opportunité de s’impliquer dans la réussite de projets innovants, tout en contribuant à l’échange de bonnes pratiques entre les différents métiers de la banque. Nous avons rencontré quelques-uns des acteurs de ce projet d'un type que l'on rencontre rarement dans l'industrie de la finance.

     

    "En 2011, les baux de certains bâtiments de SGBT arrivant à échéance, la banque a saisi l’opportunité de réunir l’ensemble de ses équipes SGSS, son activité de métier Titres, au sein d’un site unique", explique Olivier Renault, Country Manager de Société Générale Securities Services (SGSS) au Luxembourg. Pour installer ses nouveaux locaux, la banque a alors opté pour le quartier de la gare de Luxembourg, un environnement en pleine mutation, plus onéreux que la périphérie, mais qui avait l'avantage d'offrir de bonnes conditions de transport aux salariés, plus de 2/3 d'entre eux utilisant le train pour se rendre au travail. "Ce choix reflète la volonté de la direction de SGBT de mettre d'emblée les salariés au centre du dispositif", souligne Olivier Renault.

     

    Repenser les espaces en fonction de leur finalité

    Ce choix arrêté, la réflexion sur l'aménagement des locaux a débouché sur la décision de penser les espaces par typologie. Certaines personnes ont dès lors été associées au projet, parmi lesquels des salariés, des membres de l'équipe logistique, du service informatique, ou encore du management, et un chef de projet business a été nommé afin de pouvoir aménager les nouveaux espaces en fonction des besoins de l'entreprise et de ses salariés.

     

    "En matière d'espaces de travail, nous avons d'abord fait le choix de réduire le nombre de bureaux individuels et de maximiser les 'open spaces'. Le deuxième parti pris a été de repenser les espaces de réunions en fonction des différentes finalités: certaines réunions ont pour objectif de partager de l'information, entre nous ou avec des clients, d'autres ont pour objet de favoriser la coopération, la création et le travail en petits groupes. Certains espaces sont des salles de projet, des lieux pour recevoir la clientèle, ou enfin des endroits consacrés à la prise de décision rapide", poursuit M. Renault.

     

    En termes d'architecture, cela se traduit par des salles de réunion classiques, des salles de réunion pour les clients avec un espace privilégié (machines à café, lieux pour s'isoler), des salles de réunion debout (espaces restreints dédiés à la prise de décision rapide), et des salles collaboratives équipées de tables surélevées et d'écrans de télévision connectés à des ordinateurs, des laptops, des webcams, afin d'être à même de travailler en petits groupes et de créer ensemble.

     

    Un espace pour créer ...

    Au-delà de cet aspect, il est primordial aujourd'hui pour une banque d'être capable d'innover et de remettre en cause des processus existants. "Pour innover, il faut changer de cadre", déclare le Country Manager de SGSS. "C'est comme cela qu'est née l'idée de doter la banque d'une salle de créativité, espace qui rompt complètement avec un environnement de travail classique. Cette salle est un espace ouvert et modulable qui peut servir de salle de sport mais aussi de lieu de rencontre avec le management, et qui favorise beaucoup le dialogue et l'échange. Et si cet espace est à géométrie variable, il est également ouvert vers le monde extérieur: c'est un lieu connecté qui offre l'accès à l'Internet ou à la diffusion de contenus multimédia".

     

    ... d'autres pour renforcer les liens sociaux

    Les espaces de restauration ont également fait l'objet d'une attention particulière et d'un traitement original. "Il n'était pas possible d'aménager une cantine dans le nouvel immeuble", continue Olivier Renault. "Nous avons donc créé deux espaces de restauration par étage, l’un dans un style 'drugstore' et l’autre aménagé comme une 'brasserie'. Le choix de ces aménagements a été fait par les salariés. Ce sont des éléments de socialisation très importants. Ainsi, le lien professionnel ne s'arrête pas au moment où l'on quitte son poste de travail mais se poursuit dans les espaces de repas ou de détente. On a parfois besoin de s'échapper au cours d'une journée de travail, certains font une partie de baby-foot, et il y a duWiFi partout!"

     

    Une rupture responsable

    "Il faut comprendre que les changements que nous avons mis en œuvre sont assez innovants et représentent une sérieuse rupture vis-à-vis de l'organisation traditionnelle de la banque", souligne M. Renault. "Lorsque la question d'installer le WiFi a été soulevée, il y a eu un grand débat". L'accès au WiFi ne concerne cependant que la sphère privée et ne donne pas accès aux systèmes d'information de la banque. Il est aussi offert aux clients ou à certains intervenants externes. "Après coup, aucun abus n'a été observé. Les salariés se comportent de manière responsable et se disent très satisfaits du service qui est mis à leur disposition. Pour les frontaliers, qui représentent environ 70 % du personnel et dont la plupart ne dispose pas de la 3G, c'est un gros apport".

     

    "Notre projet s'inspire un peu du modèle des startups américaines", intervient Emilie Rondot, Responsable Securities Data. "Donner de la flexibilité aux salariés les rend plus responsables, contrairement au modèle pyramidal où l'on a l'impression de ne travailler que pour la hiérarchie. Les innovations que nous sommes en train de mettre en œuvre ont également pour objectif de donner confiance aux salariés et de les responsabiliser".

     

    Appropriation et réattribution des espaces

    "A travers notre expérience etles échanges que nous avons avec de grandes écoles de design et des entreprises leaders dans l'innovation, nous sommes conscients que les espaces tels qu'imaginés lors de la phase de conception sont appelés à évoluer en versions successives", témoigne l'un des pères du projet, Laurent Marochini, Head of Innovation and Quality. "Nous avons ainsi fait le pari d'équiper la salle de créativité de mobilier facile à déplacer. Les 'lounges' destinés à l'origine à la sphère privée hébergent parfois des réunions. Des réunions classiques ont lieu en salle de créativité et des réunions informelles se tiennent dans les lieux de restauration. Nous constatons que les salariés se sont appropriés les espaces et les ont réattribués, selon l'usage, à des fonctions que nous n'avions pas prévues au départ".

     

    Un réseau d'innov'acteurs qui irrigue le groupe Société Générale

    La démarche globale d’innovation de Société Générale s’appuie sur plus de 600 innov'acteurs, des collaborateurs présents dans le monde entier qui participent au développement de partenariats avec un écosystème tant interne qu'externe. "Dans chaque entité, on trouve un responsable innovation chargé de diffuser la culture d'innovation", commente Laurent Marochini. "C'est moi qui en ai la responsabilité dans ce périmètre qui regroupe 500 collaborateurs. Le management est un solide sponsor du projet et appuie mon action mais j'ai également besoin de relais sur le terrain pour animer les ateliers et diffuser la culture d'innovation. Chez SGSS, je peux compter sur 10 personnes qui sont autant de catalyseurs. Ce réseau fonctionne comme un canal de communication supplémentaire qui collecte et véhicule les idées au sein de l'entreprise. Cela peut déboucher sur de petites innovations qui améliorent la vie au quotidien mais aussi sur des améliorations qui impactent les processus, les modes de fonctionnement ou les clients".

     

    Créer une histoire, avec les clients et les équipes

    Avant de rejoindre SGSS, Justine Couderc, Sales Manager, a collaboré avec Quiksilver, Inditex et Coca Cola. "Dans ce type de société", dis-t-elle, "on a vraiment l'impression d'appartenir à une tribu, la valeur de marque y est très forte. Aujourd'hui, il est agréable de constater que l'on peut également vivre de telles valeurs dans un environnement financier et que l'innovation y trouve sa place. Je considère que le réseau des innov'acteurs, que j'ai rejoint au mois d'août, a un double objectif. Le premier est d'instaurer un dialogue avec nos clients et prospects. Le second est de favoriser la cohésion parmi les diverses équipes de la banque. Il s'agit en fait de diffuser les valeurs de la Société Générale et de créer une histoire avec les salariés".

     

    Emilie Rondot est entourée de 30 collaborateurs ("30 innov'acteurs", dit-elle), une équipe en pleine ébullition qui génère quantité d'idées. "Mon regard est très opérationnel et ma conception du management est qu'il doit être participatif et 'délégatif'à la fois: pour qu'un collaborateur se sente investi, il faut le placer au centre du dispositif", insiste-elle. "Lors des revues de processus, nous faisons appel à la créativité des membres de l'équipe pour bénéficier d'un éclairage différent. Nous mettons également à profit ces réunions pour intégrer les nouveaux venus et profiter de leur regard neuf. Les collaborateurs de mon département ont un accès total à la salle de créativité et peuvent y aborder tous ensemble les problématiques auxquelles ils sont confrontés au quotidien. J'organise également une fois par semaine une réunion avec les managers dans la salle de créativité, ce qui nous permet de prendre du recul". 

     

    Un investissement qui a un prix!

    "Il ne faut cependant pas perdre de vue qu'il s'agit d'un investissement", rappelle Olivier Renault, "mais c'est un bon investissement. Nous avons participé à des concours d'innovation organisés au sein du groupe Société Générale. Face à plusieurs centaines de projets, nous avons remporté deux prix, ce qui nous a permis d'acheter des équipements supplémentaires. C'est un cercle vertueux. Les prix que nous avons remportés permettent aussi de faire parler du Luxembourg de manière positive".

     

    Qualité, innovation et passion

    "Nous allons, dans le cadre de la semaine de la Qualité, organiser un événement dans notre salle de créativité", ajoute Laurent Marochini. "Nous y organisons aussi des breakfasts avec nos clients, des conférences et des workshops". SGSS a reçu une invitation à participer au Sommet Mondial de l'Innovation Financière à Montréal au mois de novembre prochain. C'est Laurent Marochini qui y présentera le projet de collaboration et de créativité de la banque, en tant que Responsable Qualité & Innovation, un poste qu'il a eu l'opportunité de créer en 2009. "J'y ai trouvé ma voie", dit-il, "et j'y mets beaucoup de passion".

     

    Propos recueillis par Michaël Renotte

     

    Photo: Laurent Marochini, Emilie Rondot, Justine Couderc, Olivier Renault

    metadescription: 
    Pour rester compétitives dans une économie globalisée, les organisations doivent faire preuve d'agilité, être capables de détecter les changements stratégiques, d'adapter et de transformer l'entreprise

    0 0

    Altran transforms machine-driven big data into new business

    In industries such as the automotive, healthcare, railway and even the energy sectors, the machines are more and more connected and are gradually offering greater access to their data. Massive amounts of data are being harvested by numerous sensors installed in cars, trains, planes, medical devices, etc. The number of connected machines is estimated at several dozen billions in 2020. This new, industrial big data market raises the fundamental question as to how big data can be transformed into new business.

     

    The Altran group has developed VueForge, an industrial end-to-end offer for machine-driven big data whereby data is harvested, then transported and transformed into information, which, in turn is converted into services paving the way to new business.

     

    Industrial sectors are being faced with a two-fold connectivity challenge, namely: how to harvest data at the lowest cost using the best adapted architecture, and then analyse this data so as to create value for industries and generate new services for end users.

     

    Industries having to face new challenges

    At the technological level, the challenge is how to connect two worlds as different as embedded systems and information systems. Mandatory regulations governing industries must be respected in full. Security and reliability are also key factors for machines such as automobiles, aircraft and medical devices.

     

    In terms of usage, industries are faced with the challenge of what to do with the harvested data. While there are many new-service and application possibilities open to end-users, those addressed by industry are unique: constructors and operators can reconnect to their machines and open up their markets to a large ecosystem.

    In addition, several major obstacles exist in terms of ecosystem complexity and the implementation of viable business models. Longstanding constructors with a more conventional profile are now faced with competition from new, more agile players with shorter time-to-market cycles.

     

    Altran Innovation: enabling industrialists to become major players of their big data

    One year after the global launch of Intelligent Systems / Altran, the Altran group presents VueForge, an offer designed to create value from the data harvested from machines. VueForge addresses the challenges facing industrial sectors so that its clients can exploit connectivity and the data harvested from machines as efficiently as possible and focus on value-creation strategies.

     

    VueForge is a platform which enables embedded systems data to be harvested then transported to, and stored in the cloud, then analysed in a totally secure manner and ultimately converted into information via data analytics. VueForge is much more than a simple technological solution but is designed to create new services thanks to ideation methodologies and rapid prototyping techniques. In order to generate revenue from these new services, VueForge also includes the exploration of new business models and the implementation of ecosystems (partnerships, make-or-buy strategies, etc.).

     

    The Open and Connected Car prototype presented by Altran in 2013 explores new services within the vehicle. By extending the scope of connectivity to the cloud and increasing the level of big data through VueForge, the experts of Intelligent Systems / Altran have been able to simulate a fleet of half a million vehicles. It has become possible to optimise preventive maintenance by measuring brake and tyre usage levels of hundreds of thousands of vehicles, use applications to inform drivers in real time and propose offers and obtain advice from garages, and content suppliers, etc.

     

    Keith Williams, Group Vice-President Intelligent Systems, explained: "VueForge is a unique Internet of Machines offer in that it combines technology, usage and new business models which are key to success in the complex domain of connectivity. VueForge is underpinned by the expertise of Altran, as well as the technological accelerators developed in-house and a partner ecosystem".

     

    Pascal Brier, Executive Vice-President of the Altran group stated, "Altran’s in-depth knowledge of the industrial world and cutting-edge expertise in the field of information systems makes the Group the only integrator capable of providing industrial players with the support they need to tackle the inevitable shift towards the Internet of Machines. While everyone knows they have to go down this road, they are unsure as to how to go about it in terms of the technological standard to be adopted or the type of business plan to be developed. Our end-to-end solution package enables our clients to focus on the key aspects of their business, such as defining strategies and future generations of services and products."

     

    Press release by Altran

    metadescription: 
    Altran transforms machine-driven big data into new businessIn industries such as the automotive, healthcare, railway and even the energy sectors, the machines are more and more connected and are gradually

    0 0

    Participez à la semaine de la Qualité et de l'Excellence 2015. Attention plus que quelques jours pour s'inscrire !

    Du 16 au 20 Novembre 2015 le MLQE - Mouvement Luxembourgeois pour la Qualité et l'Excellence organise la semaine de la Qualité et de l'Excellence. Une semaine unique au Luxembourg avec pour thème: Innovation la Qualité de demain - Comment Qualité et Innovation peuvent aider à accroitre les performances des entreprises?

     

    Qualité et Innovation sont devenues aujourd'hui deux composantes indissociables et MLQE vous propose de découvrir tout au long de cette semaine les dernières tendances dans ce domaine. Les partenaires présents vous inviteront à découvrir leurs expériences ainsi que leurs bonnes pratiques.

    Cette semaine promet des moments d'échanges et de partages uniques, alors n'hésitez pas à vous y inscrire.

    Découvrez l'agenda complet de cette semaine sur le site: www.mlqe.lu 

    Cette semaine sera clôturée par le Gala de remise du Prix Luxembourgeois de la Qualité et de l'Excellence, une initiative soutenue par le ministère de l'Économie, le 20 Novembre 2015 au siège de la Banque Internationale à Luxembourg.

    N'hésitez pas à vous y inscrire via notre site: www.mlqe.lu

     

     

    Par MLQE

    Position: 
    0
    show_author: 
    Ne pas afficher
    Google News: 
    N'est pas un contenu pour Google news
    metadescription: 
    Participez à la semaine de la Qualité et de l'Excellence 2015. Attention plus que quelques jours pour s'inscrire ! Du 16 au 20 Novembre 2015 le MLQE - Mouvement Luxembourgeois pour la Qualité et

    0 0

    Gartner_David Cearley

    Au deuxième jour du Gartner Symposium/ITxpo 2015, David Cearley a dévoilé les "10 Tendances Technologiques Stratégiques pour 2016" identifiées par les analystes de son cabinet. Cette année, une attention particulière est accordée à l'Internet des Objets ainsi qu'aux terminaux intelligents (smart devices) qui, non contents de communiquer entre eux, deviennent de plus en plus intelligents et commencent à trouver leur place dans nos vies personnelles et professionnelles. Certains ont déjà gagné les faveurs du grand public ou sont en passe de le faire, d'autres sont en train d'émerger.

     

    Deuxième volet: les machines intelligentes

    Au commencement était l'Information. Et pour David Cearley, l'information est le "fluide vital "de l'entreprise digitale.

     

    4. L'Information du Tout (Information of Everything)

    Selon Gartner, d'ici 2020, les 25 milliards d'appareils alors en circulation devraient générer des données sur presque tous les sujets imaginables, ce qui est à la fois une opportunité et un défi: nous disposerons de données à profusion mais la difficulté sera de leur donner du sens. "Les entreprises qui parviendront à transformer les informations en actions, en s'appuyant pour cela sur des algorithmes, pourront tirer parti de toute la puissance de ce raz de marée et surclasseront leurs concurrents", prédit David Cearley.

     

    5. L'Apprentissage Machine avancé (Advanced Machine Learning)

    Inéluctablement, les technologies seront en mesure non seulement de recueillir des informations, mais aussi d'apprendre en se basant sur celles-ci. Dans le cadre d'un processus, une grande partie des analyses préliminaires qui requièrent ordinairement une intervention humaine pourront être effectuées par des machines. En conséquence de quoi les intervenants humains devront à leur tour s'engager à un niveau supérieur du processus. "L'Apprentissage Machine avancé engendre de la nouveauté", souligne David Cearley. "Ainsi, les réseaux neuronaux profonds, qui ont fait leurs preuves en matière de traitements acoustiques en donnant naissance au stéthoscope numérique, commencent à redéfinir la sémantique et les méthodes de classification".

     

    6. Des agents et des objets autonomes

    La capacité des robots à égaler - et à surpasser – les hommes dans des domaines réservés jusque-là à des êtres humains devrait rapidement se renforcer. L'exemple le plus frappant en est sans doute la voiture autonome, qui met à profit l'enseignement tiré des véhicules autonomes utilisés dans des environnements contrôlés depuis plusieurs années déjà. En Australie, la société minière Rio Tinto dispose ainsi d’un parc de camions autonomes. Masdar City, aux Emirats Arabes Unis, véritable vitrine du concept de ville intelligente, constitue un autre exemple d'environnement contrôlé. Passer d'environnements contrôlés à des environnements non contrôlés, comme l'espace aérien pour des drones autonomes, nécessitera de nouvelles avancées, avancées que Gartner prévoit pour bientôt.

     

    Michaël Renotte

     

     

    Position: 
    0
    show_author: 
    Afficher l'auteur
    Google News: 
    N'est pas un contenu pour Google news
    metadescription: 
    Au deuxième jour du Gartner Symposium/ITxpo 2015, David Cearley a dévoilé les "10 Tendances Technologiques Stratégiques pour 2016" identifiées par les analystes de son cabinet. Cette année, une

    0 0

    L’enseigne d’ameublement et de décoration a retenu SAS pour mieux connaître et analyser le comportement de ses clients afin d’optimiser son marketing cross canal.

     

    Maisons du Monde a choisi SAS le leader de l’analytique, pour se doter d’une plateforme de connaissance client. Le projet a pour objectif stratégique de permettre à l’enseigne de mieux connaître et analyser le comportement de ses clients. D’un point de vue opérationnel, il vise à améliorer le ciblage et l’élaboration de campagnes marketing cross canal.

     

    Créée en 1996, Maisons du Monde - avec 16 magasins en Belgique et un au Luxembourg - est l’exemple d’une success story française dans le secteur de l’ameublement et de la décoration. Avec plus de 250 magasins, tant en France, qu’en Belgique, au Luxembourg, en Italie, en Espagne, en Allemagne et en Suisse et soutenue par un site web marchand performant assurant les livraisons dans une dizaine de pays européens - Portugal, Espagne, Italie, Suisse, Autriche, Allemagne, Luxembourg, Belgique, Pays-Bas et Grande-Bretagne - l’enseigne a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 600 millions d'euros et dispose aujourd’hui d’une vitrine internationale. Le succès remporté par l’enseigne et l’engouement qu’elle suscite se résument en quelques mots : un concept unique « Multi-styles », l’étendue et la richesse de l’offre proposée dénombrant plus de 9000 références, des prix justes et démocratiques, 80% de créations exclusives conçues par un bureau de style intégré et enfin, des collections sans cesse renouvelées anticipant les tendances pour être toujours en parfaite en adéquation avec l’air du temps.

     

    Maisons du Monde est désormais utilisateur de SAS Office Analytics for SMB.

     

    Communiqué de presse par SAS

     

    Position: 
    0
    show_author: 
    Ne pas afficher
    Google News: 
    N'est pas un contenu pour Google news
    metadescription: 
    L’enseigne d’ameublement et de décoration a retenu SAS pour mieux connaître et analyser le comportement de ses clients afin d’optimiser son marketing cross canal. Maisons du Monde a

    0 0

    David Naramski, Partner at Nowina Solutions

    Nowina Solutions is participating to the further development of DSS (Digital Signature Service) open source software based both on the company technical expertise but also on its ability to sense future evolution of eSignature in Europe and to carry out application developments in this perspective.

     

    Interview with David Naramski, Partner at Nowina Solutions.

     

    What is exactly DSS?

    DSS (Digital Signature Service) is the European open source software for eSignature creation and validation. DSS creates and verifies legally binding, interoperable and secure electronic signatures based on Member States’ “Trusted Lists” (the public lists of supervised / accredited services issuing qualified certificates to the public).

     

    In other words, it is a tool ensuring that two protagonists (government, business or citizen) speak a common language when it comes to eSignature regardless of the ends pursued. This means public administrations, businesses and citizens can trust and use eSignatures that are valid and structured in EU interoperable formats. DSS can be applied to all sorts of signed documents: invoices, contracts, certificates, diplomas, legal documents, etc.

     

    DSS is not limited to a specific type of user or sector of activity. Any entity, anyone can use it in order to create and/or validate an eSignature on a document.

     

    What are the key benefits?

    The benefits are numerous. To begin with, DSS enables a protagonist to free oneself from technical consideration when it comes to eSignature and to focus on generating what s/he wants to produce: an invoice, a contract, etc.

     

    DSS is therefore a powerful lever for companies to integrate eSignature with less effort.

     

    It also increases cross-border interoperability and allows for higher levels of trust and confidence on electronic transactions.

     

    Is DSS generic and sustainable?

    Yes, indeed. The tool, realised in Java, is open source, available to all Member States, businesses and citizens for any electronic procedure. It is published at the Commission’s open source software repository Joinup and is continuously updated and undergoing maintenance.

     

    Anyone can integrate it and redistribute it under the terms of the permissive Lesser General Public License (LGPL 2.1).

     

    DSS supports various document formats. A “cook-book” is also provided with documentation targeting implementers /developers and aiming at facilitating the integration and use of DSS into their applications.

     

    SD-DSS or DSS?

    Developed initially in the context of the Services Directive (2006/123/EC, hereafter SD) aiming at facilitating the free establishment of service providers and the free provision of services in the European Union, and compelling accordingly Member States to make administrative procedures available online and across borders using a unique language, the DSS software was originally called SD-DSS.

     

    The objective pursued was to make it easy for Member States and their eGovernment managers to comply with these obligations by providing them with the necessary technical tools to create advanced Signatures (DSS Software) and to manage Trusted Lists (companion software called TL Manager). Both tools rely on standard formats and specifications with the objective to increase cross-border interoperability.

     

    As its usage and adoption gather momentum, the software has been revisited in a broader perspective changing its name to DSS. It can now be used more widely, whenever there is a need to create or validate an eSignature. As the prefix SD in SD-DSS has become somewhat anecdotal and too restrictive in its scope, the designation DSS naturally prevailed.

     

    Has the adoption been rapid and who are the main beneficiaries?

    By imposing, under the Services Directive, Electronic signatures to be accepted and technically supported across Member States, the European Commission has been instrumental in the starting phase.

    In a second stage, businesses have largely adopted DSS as it allows for higher levels of trust and confidence on electronic transactions.

     

    Ultimately the citizen will be the main beneficiary and user of the DSS Software. The path to this point will however require additional adjustments.

     

    What developments can we expect to see in the near future?

    A major evolution is related to the fact that DSS has been designed as an independent technical building block to be integrated in a larger application and customized easily to specific needs. DSS will continue to evolve from a library to a complete independent application, i.e. an end product that would be usable upon download. Beyond businesses, citizens will be the main beneficiaries of this evolution.

     

    Another trend is the development of technical support to businesses as a sustainability guarantee. Indeed, if the Commission guarantees maintenance through a ‘Best Effort’ SLA until 2020, the private sector necessitates the SLA to go beyond the engagement of the Commission.

     

    If the fact that DSS is a free open source tool has been instrumental to its development, the provision of a technical support is key to ensure its sustainability and further adoption. To address this need and in addition to helping our customers with the DSS deployment and integration within their business processes, Nowina supplies ongoing assistance on all technical issues following the deployment of DSS as part of a support subscription.

     

    Lately, the emphasis has been put on testing. Through automatic testing of course, but also testing from two independent teams covering a conformance test with standard and a penetration test for security. We can expect the tool to become even easier to integrate and more secure in the coming months. This will dramatically improve the cross-border access of citizen and business to eSignature.

     

    Communiqué de presse par Nowina Solutions

     

    Crédit photos : Olivier Minaire

     

    Position: 
    0
    show_author: 
    Ne pas afficher
    Google News: 
    N'est pas un contenu pour Google news
    metadescription: 
    Nowina Solutions is participating to the further development of DSS (Digital Signature Service) open source software based both on the company technical expertise but also on its ability to sense

    0 0

    Rubix est une plateforme logicielle qui permet aux équipes comme aux clients de Deloitte de créer leurs propres applications personnalisées basées sur la technologie Blockchain et des contrats intelligents.

     

    Deloitte Luxembourg reconnaît le potentiel de la technologie Blockchain et ses conséquences qui affectent non seulement les acteurs mondiaux mais aussi les institutions locales dans les secteurs financier, industriel et public. Le Luxembourg bénéficie également des initiatives gouvernementales de soutien en ce qui concerne la FinTech, et ces initiatives contribueront sans doute à faciliter l'adoption de la Blockchain.

     

    Deloitte Luxembourg s'est associé à son cabinet membre canadien pour contribuer au développement de Rubix (rubixbydeloitte.com). Rubix est un service basé sur la technologie Blockchain, créé par Deloitte Canada pour explorer le potentiel de la technologie et mettre en œuvre des applications métiers. Pour la première phase, le principal objectif de Rubix est de prototyper et de créer une preuve de concepts de tous les cas d'utilisation de la Blockchain et des contrats intelligents.

     

    En engageant des développeurs sur la plateforme Rubix, Deloitte Luxembourg a pour but d'acquérir rapidement les compétences locales pour accompagner ses clients dans l'étude de l'impact des modèles d'exploitation ainsi que dans l'élaboration de prototypes et d'applications métiers concrètes.

     

    Pour Thibault Chollet (photo), Director Technology & Enterprise Applications de Deloitte Luxembourg, "il s'agit pour nous d'une formidable opportunité de développer des connaissances techniques et fonctionnelles solides sur base d'une technologie capable de remodeler en profondeur la façon dont nos clients - et nous aussi - faisons des affaires. Il y a beaucoup de cas d'utilisation que nous aimerions explorer, et avec la plateforme Rubix, nous allons pouvoir les prototyper très rapidement. Nous allons vivre des moments disruptifs et nous sommes très heureux de rejoindre nos collègues canadiens dans un tel vecteur de changement".

     

    Pour le représentant du cabinet canadien Matthew Spoke, "la mise à l'échelle continue de nos capacités dans le but de développer la technologie Blockchain grâce à des applications de contrats intelligents pertinentes placera Deloitte en position de leader sur le marché. Rubix est l'environnement parfait et l'outil idéal pour permettre ce développement et cette croissance. Nous sommes ravis d'être rejoints par nos collègues au Luxembourg".

     

    Le concept

    Blockchain est un domaine de la FinTech qui a bénéficié d'une attention considérable de la part de l'industrie financière étant donné le grand nombre d'applications qui peuvent en bénéficier et son fort potentiel de remodélisation de l'industrie. Il s'agit d'un registre où les transactions entre les participants sont traitées et validées par des machines, grâce à un processus cryptographique. Cela signifie que les événements et les opérations consignés sur une Blockchain sont stockés en toute sécurité sur un registre accessible à toutes les parties et à qui tout le monde fait confiance, sans la nécessité d'une entité de confiance centrale pour garantir l'authenticité et l'intégrité des transactions.

     

    Cette technologie est capable de modifier le paysage de l'industrie financière en permettant la désintermédiation grâce à une plus grande transparence et au suivi des opérations et des actifs, lesquels serviront de base pour poursuivre l'innovation et la transformation. Beaucoup de grandes entreprises ont déjà investi dans la technologie Blockchain pour mieux comprendre les impacts sur leurs propres modèles d'affaires et d'exploitation ainsi que sur l'industrie en général à l'échelle mondiale.

     

    Communiqué de presse par Deloitte Luxembourg

     

    Position: 
    0
    show_author: 
    Ne pas afficher
    Lié aux entreprises: 
    Deloitte Luxembourg
    Google News: 
    N'est pas un contenu pour Google news
    metadescription: 
    Rubix est une plateforme logicielle qui permet aux équipes comme aux clients de Deloitte de créer leurs propres applications personnalisées basées sur la technologie Blockchain et des contrats

    0 0

    Lenovo et Google ont annoncé aujourd’hui, lors du salon CES 2016, qu’elles développeront le premier smartphone grand public avec Project Tango. Le smartphone sera équipé d’un processeur Snapdragon de Qualcomm et devrait être disponible cet été.

     

    Project Tango de Google est une plateforme technologique qui crée une expérience 3D à l’écran grâce à l’imagerie informatique avancée, aux capteurs de profondeur et à l’enregistrement des mouvements, ce qui permet à l’utilisateur d’explorer son environnement physique via l’appareil, ce qui devrait  donner le jour à une nouvelle génération d’apps.

     

    Source: Lenovo

    Position: 
    0
    show_author: 
    Ne pas afficher
    Google News: 
    N'est pas un contenu pour Google news
    metadescription: 
    Lenovo et Google ont annoncé aujourd’hui, lors du salon CES 2016, qu’elles développeront le premier smartphone grand public avec Project Tango. Le smartphone sera équipé d’un processeur

    0 0

    Le Luxembourg, fer de lance du projet de supercalculateur européen

    Le Commissaire Européen Günther H. Oettinger et le Vice-Premier Ministre luxembourgeois, et Ministre de l’Economie, Etienne Schneider viennent de cosigner un article sur le blog de la Commission Européenne. Ils y donnent les grandes lignes de la suite du projet ICPEI ("Important Project of Common European Interest") sur la mise en place en Europe d’un supercalculateur (HPC - High Performance Computing) et d’applications "Big Data" compatibles.

     

    L’Europe ne compte à ce jour qu’un seul supercalculateur classé dans le top 10 mondial dominé par la Chine, et où les USA comptent 5 installations. "Nous devons unir nos forces en groupant des financements régionaux, nationaux et européens pour couvrir l’investissement nécessaire pour développer cette technologie HPC", soulignent les deux auteurs.

     

    Comme annoncé à Luxembourg par le Commissaire Oettinger lors de la récente conférence "European Data Forum" (EDF 2014), le Gouvernement luxembourgeois a déjà lancé avec la France, l'Italie et l'Espagne un projet ICPEI sur la mise en place d’un nouveau supercalculateur.

     

    Début 2016, la Commission Européenne va à son tour lancer une initiative majeure pour le déploiement en Europe d’une infrastructure informatique de classe mondiale : the European Cloud Initiative. Dans le cadre de celle-ci, Le Luxembourg, la France, l’Italie et l’Espagne, en étroite collaboration avec les autres états membres vont fournir au Conseil Européen en septembre 2016 une feuille de route pour l’implémentation du supercalculateur (HPC) et de ses applications "Big Data" compatibles.

     

    Les acteurs luxembourgeois qui coordonnent ce projet HPC d'envergure, soit le Ministère de l'Economie, Luxinnovation et le LIST, ont donc jusqu'à septembre pour rendre leur copie.

     

    Pour lire l’article complet sur le blog de la Commission Européenne, veuillez cliquer ici.

     

    Communiqué de presse par le LIST

     

    Position: 
    0
    show_author: 
    Ne pas afficher
    Google News: 
    N'est pas un contenu pour Google news
    metadescription: 
    Le Commissaire Européen Günther H. Oettinger et le Vice-Premier Ministre luxembourgeois, et Ministre de l’Economie, Etienne Schneider viennent de cosigner un article sur le blog de la Commission

older | 1 | (Page 2) | 3 | 4 | newer